internet slacking

Kill the dresscode

Among all the things I dislike in this world, there’s one repeatedly giving me the ranting itch:  work dresscode advocates and other « appearance coaches »

Let’s be clear from the start: I hate these people with a passion.

Every time I happen to read the first-rate bullshit they produce on some business mag, it’s always the same story: I’m getting pissed, start to rant on Twitter, think about tweeting angrily at the culprit, to tell them to leave us alone and to do something else. Then only, I remember this is probably something they wouldn’t be able to do. I make myself a cup of coffee and forget about their existence until the next incident.

You know them.
This is the kind of stuff they do:

I know right?
I guess you hate them too.

These people founded their business on the fact that appearance is important to get a successful carreer. They assumed people will pay them loads of money to get their full of shit advise to improve their look in order to succeed. That assumption, which is the fundation of their carreer, is unfortunately true to some extent: there are still plenty of companies out there which rewards better employees sticking to some dumb, unstylish and sad dresscode.

However, this terrible system does not exist at actually efficient companies making helluva money like Google or Facebook, which have a strict « come as you are » policy. Tech companies and startup scene never endorsed dresscode crap anyway: why would you spend energy thinking about how to dress when you’re hardcore busy trying to build disruptive products? These folks know how to run a business, and they’re very aware that awesome work will be delivered only if employees feel comfortable at their desk.

These companies are acting today as trend setters: they’re the ones having the power, making astonomical amounts of cash (astonomical like parsec dollars), closing spectacular acquisitions, and this confers them a sort of supernatural lead that other businesses unconsciously want to follow (to make parsec dollars as well.) Good news is: following tech companies & startup ways means, at some point, getting rid of the dresscode crap.

So there we are, job almost done: old fashioned smart office dresscode slowly dying of natural death (in its own excrements, I like to imagine) thanks to the whole world being now focused on Bay Area style.

I know it’s happening for real: I’ve worked for one year at a financial service in the UK, the very type of place one doesn’t picture filled-up with people wearing hoodies and stuff. And yet, not only there were people wearing hoodies, but I’ve seen people wearing colorful Converse and fluo New Balance shoes everyday there, not only on Fridays. Snowball effect: as many of these people were executives, others started to wear sneakers, assuming they could. And fact is: they definitely could, because nobody would dare to tell anything. People were starting to put on their own clothes on Thursdays, Wednesdays, Tuesdays, Mondays. Like, even very cheerful Desigual stuff and all. I don’t like Desigual, but that was making me very happy to see some Desigual insurrection happening.

Don’t get me wrong, the battle is not over: I’ve also seen the usual cohorts of guys wearing a slightly different declination of the same light blue shirt while I was working there: my personal favorite nightmare, or a remake of The Clone Wars every morning while I was picking up my cup of coffee. But there is, undeniably, some clear trend that goes the right way.  My only concern is: a certain vermin keeps publishing 1. nigthmarish, 2. racist and 3. sexist infographics about dresscode and appearance at work — and this may slow things down.

1. Nightmarish
I always found these dresscode sketches so awkward and embarrassing. They have the same look and feel as the little plane disaster leaflets…
The main thing is, I’ve always found the clothes hideous. I know they’re just sketches, but still. Quick example: it’s just my personal taste and aesthetic considerations here, but these things below are just an impossible option for me:

« ELEGANT SANDALS » — please die  :’(

I reasonably like clothes and fashion. I signed up for an ASOS Premier membership, and I’m quite happy to spend cash on a regular basis for stuff I like to wear. That’s why I hate even more being told how to dress, either at work (or elsewhere.) I don’t want having to fill up two wardrobes: one that I like and one that I don’t. Also, another detail: I hate wearing suits. I just feel like I’m not myself wearing a suit. But these are only my reasons that I’m exposing here, and everyone’s reasons count.

Work is hard enough. When it comes to dress for work, people should just be free to pick up what they want before heading to the office. Lazy, casual, or smart outfits. Whatever they want. The only choice limitation should be other people respect. Choice creates diversity, and diversity is just what you want to get around a workplace.
Unless you’re a fucktard, I mean. But that’s out of my scope here.

2. Racist
There is ten slots in this infographic, all of them have been filled with white people.
It is also racist against overweight people for whom it can be difficult to wear a specific attire.  Also racist in a more hidden, insidious way (= social racism.) Certainly not everyone can afford expensive suits and jewelry. Dresscode is just another way to break down people by hierarchic level and income.

3. Sexist
Women are always advised to wear fitted stuff only: there is no room for anything a bit larger or comfortable.  Also, proportion of nude skin is always more important for women:

I’m not even talking about pregnancy: a dresscode does not give a shit about biology.

Also: heels. It has been medically proven that heels are a disaster for the whole body. Again, people are of course free to wear whatever they want. But these self-proclamed « appearance coaches » keep recommending heels, without any health warning. Kind of very unprofessional, don’t you think?

Also, that’s a bit anecdotical but… open toe shoes on and off depending on the employee level? I guess there is some serious machine learning data behind that (what the hell is fucking wrong with you?)

I’m almost done, but here’s few more thoughts. Feel free to use them if you feel somewhat in pain because your workplace has a dresscode:

  • If you sometimes feel challenged to wear something unconfortable at work, wheter it is induced by environment or other people comments, please keep wearing what suits you and what you are confortable with.
    Unless it’s contractual and you signed up for it, nobody can force you to spend your wage on stuff you hate to wear, and you are plainly protected by law. You really don’t have to put up with that shit.
  • If your company promotes appearance rather than skills and merit, unless you’re ok with that because you are a dumbass, quit your job right away.
    You can really choose to only work for companies which have different ideas. You are not losing anything: they totally are the losers here. Slowly, with talented people leaving shitty work environments for more confortable places, these companies will have to adapt or die by dead sea effect. Back in 2012 in Paris, I’ve seen this talk about talent hiring crisis which makes plenty of good points about how diversity acceptance is becoming critical to companies. People are more or less slowly becoming aware that they’ll have to adapt to survive. At the end of this natural selection process, we obtain changed for good companies, or dead dresscode nazi.
    Both options are ok for everybody.
  • Whether you liked him or not: back in 2007, Steve Jobs introduced the iPhone to the world wearing a pair of jeans and a simple black t-shirt.
    That’s a pretty good reminder: you surely do not need to be strangled by a tie to reach the highest point.

Le drame des photos d’identité

Disclaimer : ici je pose direct les bases : ce post n’est pas, et ne sera JAMAIS illustré.

Aujourd’hui, dans notre société moderne, la photo d’identité n’est plus une souffrance nécessaire.

Combien de traumatismes, combien de déceptions, combien de hontes devant les copains, combien de « vous avez de la monnaie s’il vous plait madame ? » — combien de thunes cramées pour des photos qu’on va détester et balancer.

Avant que votre passeport n’en reprenne pour 10 ans, réfléchissez.

En général, dès l’obtention du résultat (toujours attendu dans la détente), on observe des réactions assez peu variées.

— Whaaaat :’((
— Putain mais j’ai l’air si vieille (en général, ça commence vers 14 ans.)
— Non mais, c’est pas moi du tout ça. Rend moi mes thunes putain de machine de merde.

La même dans le photomaton, pendant qu’on essaie de procéder avec le merdier.

— Mais non, la putain de ta race, je voulais pas garder celle là, mais celle d’avant
— Putain de tabouret (en vissant, puis en revissant dans l’autre sens.)
— Quoi, à peine deux essais ? C’est donc ça, le flegme Britannique ? (putain de pays de gens moches et qui font avec.)

Sans parler des connards de photographes qui profitent de votre détresse pour s’autoriser les plus affreuses réparties.

— Oui, c’est vrai qu’on peut faire mieux, parce que là vous ressemblez à une criminelle (évaluant les photomatons fraichement tirés que vous allez jeter.)
— Vous savez, avec ces contraintes, on ne fait plus rien faire de flatteur.
— I know right ? — au fait ça fera £10 parce que c’est pour un passeport français, lol
— Désolée, mais c’est vous, après tout.

Mais ta gueule fils de pute, c’est super pas moi, je ressemble pas du tout à ça sur Instagram, c’est juste que t’es nul à chier, et que tu sais pas éclairer ton studio de clochard là, dont t’as certainement hérité alors que tu tapinais pour te faire faire de bonnes lunettes. D’ailleurs si t’avais ne serait-ce qu’une once de talent, et un poil de dignité en tant qu’artiste, t’aurais tes photos accrochées à la Tate et tu te serais suicidé à 22 ans en te jetant par la fenêtre comme Francesca Woodman, sans semer la misère sur ton passage comme tu le fais.

Vous l’aurez compris, j’étais quelque peu remontée : c’était la dernière fois que j’utilisais un photomaton ou que j’allais chez le photographe pour faire des photos d’identité.

En rentrant chez moi, après avoir essayé de trouver l’adresse du photographe pendant une heure et demie pour lui faire livrer un corbeau éventré, puis avoir lâché prise (je n’ai pas réussi à trouver de commerçant qui livrait d’animaux éventrés), j’ai attrapé mon Macbookpro, mon iPhone, les ai posés sur la table à café comme autant de katanas Hattori Henzo parfaitement aiguisés, et je me suis jurée que c’était terminé, les thunes foutues en l’air, le lo-fi dégueulasse et les hippies qui savent pas bosser. C’est parti pour le bon vieux DIY, sans frustration, gratuit, et rondement mené.

J’ai donc commencé par trouver ce petit tuto de CNET, puis j’ai lu les specs de photographies pour les documents d’identités français, et je me suis lancée. Bon alors évidemment, je me suis pas fait autant fait chier que la nana sur le tuto (un pied, lol), et bien sûr, j’avais pas d’ami pour me prendre en photo. Mais qui invite ses amis pour prendre sa putain de photo d’identité ? Probablement des gens qui ne peuvent pas vraiment avoir d’ami, en réalité #divideByZero — et puis de toutes façons, s’il y a une entreprise pour laquelle on ne souhaite pas forcément de témoins, c’est bien celle-ci : je ne suis pas très pudique, mais il y a des limites au ridicule et au manque d’amour propre : on ne se prend pas en photo devant quelqu’un. Je fait donc un petit selfie bien droit et posé, dos à une porte, avec suffisamment de lumière, pas d’ombres sur le visage et tout le bordel (vous noterez au passage que mes instructions sont beaucoup plus claires, précises, et moins chiantes que celles de CNET), je me reprends deux ou trois ou quatre fois pour ajuster le cadrage, l’angle, et être incrémentalement un peu mieux, et puis je passe la tof dans Instagram pour la faire légèrement pivoter histoire que mes yeux soient bien droits, et lui mettre un coup de Valencia (mon primer Benefit ne faisant pas tout.) Je me l’email, un coup dans Pixlr, un produit en croix pour la passer d’un gros carré à un rectangle de 35⨯45mm avec un resize et un crop, et hop, c’est plié (oui, il y a certainement des apps pour ça, mais j’étais pas d’humeur à en plus me taper un benchmark de softs bien pourraves.)

Pour la première fois de ma vie, je suis intensément satisfaite de ma future photo d’identité. Je savoure le fait que je n’aurais pas à me soucier de sortir mon passeport à la sécurité dans tous les PUTAINS D’AEROPORTS OU JE VOYAGERAI PENDANT LES 10 PROCHAINES ANNEES (autant dire, à peu près de partout — en tout cas, c’est ce qui est prévu.)

C’est vrai, j’ai pas parlé de la phase d’impression, mais je compte sur vous pour faire comme moi et attendre que votre mec rentre à la maison et s’en occupe.

J’espère que ce tuto vous sera un jour utile et vous poussera à vous affranchir de toutes solutions automatiques ou « professionnelles » la prochaine fois que vous aurez besoin de vos petits bertillonnages colorés.

N’oubliez pas qu’en plus d’être content de votre photo, et fier de votre boulot, vous pourrez dépenser les piécettes ainsi économisées en bières avec vos copains (et donc les rendre heureux de passer du temps avec vous, au lieu de leur casser les couilles comme la meuf de CNET avec son tisheurte jaune.)

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter, en toute amitié, de jolies photos, et de bonnes rigolades dans les files d’attente des aéroports du monde entier.

Les maths, la météo, et Netflix

Quoi qu’en disent les langues de putes, et même si tout n’est pas réussi, moi j’ai bien aimé « The Zero Theorem » — le dernier film de Terry Gilliam.

Je dis « le dernier » comme ça, alors qu’en vrai j’ai même pas vu Brazil et que je ferais mieux d’aller me jeter devant Netflix au lieu de raconter des inepties sur Internet uniquement pour le plaisir tester la dernière version de WordPress. Je dis « la dernière » alors que j’avais même pas installé la 3 et que je ferais mieux de [etc.] Bref, le Terry Gilliam. Je vais pas beaucoup au ciné ici en Ecosse, justement parce qu’on a Netflix. C’est vrai, être abonnée à Netflix, le recevoir sur notre grosse télé, ça me fait un tout petit peu culpabiliser d’aller au cinéma. Sauf qu’en y réfléchissant, je crois que ce qui me fait culpabiliser d’aller au cinéma, c’est plus l’absence d’abonnement au cinéma que l’abonnement à Netflix [ok, vous êtes déjà parti — mais c'était un débat interne assez intéressant, pourtant.]

Le film regorge de clichés Gibsonniens tristes sur ce que l’on peut attendre de notre présent-futur : travail encore un peu plus pointless, surveillé et aliénant, evil gigacorps encore un peu plus evil, data crunching encore plus vicieux et complexe, et bien sûr, publicité qui te poursuis aussi dans la rue — heureusement qu’on aurait tous des TV-B-Gone à pointer laser violet qui porteront loin, et fort. Mais l’issue de cette histoire est heureuse, proposant une alternative simple [et illusoire] [mais pas vaine], à toute ces conneries.

J’ai commencé un vrai cours de maths, et ça me plait. C’est marrant parce que j’aurais jamais pensé que ce serait un vrai cours de maths avec que des maths. À la base, c’est pour apprendre de nouvelles choses en informatique. C’était tout ce qui me motivait, m’approprier de vrais outils, puissants et précis, pour faire de la prédiction à partir d’un jeu de données. Le fait est qu’en plus de découvrir les notions qui m’intéressent, j’ai découvert un truc tout aussi important [pour moi c'est trop tard, mais pas pour les enfants.] Les maths sont simples quand on sait ce qu’on va faire avec. Les maths sont moins compliquées quand on sait pourquoi on va les utiliser. Les maths sont faciles quand on se les approprie pour faire quelque chose. Les maths ne sont pas ingrates quand elles sont directement appliquées. Surprenant qu’en 20 ans de scolarité, personne n’ai été foutu de me montrer cette relation, de me montrer à quoi les maths pourraient me servir. Il me semble que tous les enfants connaissent la météo. Pourtant, aucun d’entre eux n’a idée de comment tout ça est fait. Même en IUT d’info, filière technique, les maths et l’informatique ont toujours été parfaitement cloisonnés. Les deux sujets ne se faisaient jamais écho. Les cours d’analyse, d’algèbre linéaire, n’ont jamais été rapprochés de nos cours de programmation, système, réseau. Il est assez fâcheux de se rendre compte que ce mal entendu est lié à la manière d’enseigner. J’imagine qu’une assimilation des connaissances de manière plus synchrone, avec de l’à propos, des exemples, de l’application, aurait pu changer ma relation aux maths plus tôt, au lieu de laisser un goût désagréable de décoréllation et de compliqué entre le lycée et l’université.

Oui c’était chiant, mais quand vos gamins viendront vous voir avec le carré de l’hypoténuse de mes couilles, parlez leur de la triangle tesselation dans Donkey Kong Country [clairement, là c'était juste une guideline, pour la suite — démerdez-vous.]

And the sky was made of amethyst

- Rentrer à Marchmont en fin de journée, le calme et la beauté, les arbres roses et la pelouse verte et grasse de the Meadows en mai. Sentier de la tiédeur humide du parc détrempé par la pluie et atomisé par la brume printanière. Se souvenir alors avec émotion de ses premières cuites à quatorze ans dans les parcs anglais.

- Le plan des « barbecue areas » affiché dans le parc, qui va bien avec les barbecues jetables (de connards de hipsters) que tu as pas besoin de nettoyer. Les effluves de viandes grillées qui remontent des pelouses quand je sors de chez moi les samedi ensoleillés de juin.

- Les fauteuils VIP de Vue Cinemas, dans lesquels tu peux rentrer entier dans la largueur de ton siège si jamais tu flippes pendant une attaque de zombies.

- The Pond, un pub avec jardin au fin fond de Leith, juste à coté de la mer. Par ailleurs, être toujours surprise par la présence de la plage, forcément peu fréquentée, qui longe la ville.

- Château Chéri et sa majesture séculaire quelque soit l’heure du jour ou la météo, tantôt château de vampires, tantôt école de sorciers.

- Quand j’ai assez d’énergie pour y aller : mon cours de Pilates, qui me donne l’impression d’avoir un exosquelette en sortant. Rien à voir avec l’Ecosse, juste un truc que j’aurais probablement jamais eue envie de faire à Paris.

- Les sandwiches + soupes à £5.25 de Bean Scene. La même chose chez Black Medecine, avec le café qui déboite, les dessins dans la mousse et le service de hipster. Les croques monsieurs et la chorba du cafe gourmand (£4.75£ + £1.5) et toutes leurs crêpes qui sont comme à la maison (enfin, comme à la Route du Rock plutôt pour moi. #galetteSaucisse.) La même chose dans tous les cafés de Nicolson Street.

- Les promenades dans Friars Cemetery, les grilles anti-bodysnatchers. La mezzanine insoutenable et fort heureusement inaccessible du Surgeons’ Hall Museum et les histoires dégueulasses qui vont avec. Attention, musée à ne pas faire seul, prévoir un ami amusant, capable de trouver des traits comiques à une demi tête dans un bocal de formol. Au bout de la cinquième, ça fatigue tout de même, mais il y a un pub juste en face.

- Le nombre de bus qui circulent en ville, un vrai métro monté sur pneumatiques – parfois un peu anxiogène quand on a tendance à vouloir traverser de manière impatiente, puisqu’un double decked bus, ça ne pardonne pas.

- L’assiette de desserts de the Witchery by the Castle. Sauf que tu peux pas finir, voire juste pas commencer, avec tout ce que tu as déjà bouffé.

- The Scotch Malt Whisky Society. Un endroit secret pour boire de délicieux whiskies sans noms ni adresses et comploter contre la Reine d’Angleterre.

- PDSA capability store (for pets who need vets.) Je leur donne environ tout ce que j’ai acheté chez Urban Outfitters il y a six mois (et que donc je ne peux plus encadrer depuis trois mois.)

- Le resto italien de Jamie Oliver sur Georges Street. Franchement, ils savent pas faire les pâtes, mais c’est trop joli.

- Revenir de Paris en prenant un vol pourri Ryanair à Beauvais à 21h30, pour l’expérience. Partir de Montparnasse à 17h30, dans le taxi qui lutte sa race pour se rendre Porte Maillot, se rendre compte que ça va être bien relou quand même cette histoire, se féliciter d’avoir eu l’idée du siècle, et donc le prendre comme un jeu et tout livetweeter (surtout le nom des sorties d’autoroute entre Paris et Beauvais), une fois à l’aéroport, aller visiter les toilettes pour le feeling « biohazard », dans le terminal tellement cheum, se sentir comme une réfugiée qui quitte la France à cause d’une guerre civile, monter enfin dans ce putain d’avion, rigoler quand le steward passe (et repasse) pour vendre des clopes en tenant les paquets en éventail, rigoler encore en lisant les bullshit stats de la compagnie, retrouver son mec à l’aéroport huit heures plus tard et rigoler de l’énorme merdier. Être complètement décalquée et avoir l’impression de rentrer des Amériques, genre. Ne pas retrouver sa bagnole sur le parking.

- Le dimanche, tout est ouvert, la ville a le même visage que le samedi. Du coup, on peut inviter des copains au dernier moment et aller faire des courses pour préparer un gros dîner. Ou alors, inviter personne, aller se promener, et juste pas avoir l’impression d’être un putain de dimanche.

- Les guitares sur les morceaux de rock anglais sonnent mieux et plus fort ici. Au même titre que les effets relativistes à des vitesses proches de celles de la Lumière, c’est un phénomène peu apréhendable par l’être humain, mais pourtant bel et bien réel, et démontré à l’aide d’amplis atomiques.

- Autre observation scientifique qui en dit long. À Paris, lorsque je sentais que le fond ma gorge commençait à s’infecter, je savais que j’avais douze heures avant que tout foute le camp. Dès que c’était possible, je rentrais à la maison, j’usais de sprays, grogs et vitamines, j’enfilais des vêtements chauds, et j’allais me foutre sous la couette, en priant pour ne pas tomber malade (« you’re not gonna turn, you’re not gonna turn… ») Et invariablement, le lendemain au réveil, j’étais malade. Après quelques mois passés en Ecosse, quand les mêmes signes annonciateurs d’une crève surviennent, je fais à peu près la même chose, sans le déballage de remèdes. Je dors, et invariablement, le lendemain, je ne ressens plus rien. Voilà pour la pollution, le stress, et l’exposition aux germes dans le métro (et les relations à distance, aussi, ok.)

- En été, enfin, le meilleur : regarder la nuit tomber pendant huit heures. Si on est dehors, qu’on traverse un parc ou qu’on remonte une rue, on a la machoire qui se décroche souvent à cause des coulures de lumière sur les murs de granit rose, et alors, il faut la ramasser par terre. Si on est à l’intérieur, la fenêtre du salon se transforme alors en aquarium géant (and all the stars were just like little fish.)

« Older posts

Copyright © 2014 internet slacking

Theme by Anders NorenUp ↑